Des sculptures géantes dans la ville

Les œuvres en acier de David Vanorbeek ont « envahi » la commune. Un musée à ciel ouvert à découvrir jusqu’à début janvier.

 

Après les œuvres monumentales et colorées de Monette Loza, le relais a été passé à l’artiste belge résidant dans le Sud-Ouest, David Vanorbeek, pour poursuivre cet audacieux programme artistique en plein air et à portée de tous. Hossegor, depuis deux ans, est devenu, sous l’impulsion de Nadine Lartigau, élue à la culture, un musée à ciel ouvert, où l’on peut croiser, dans des lieux bien identifiés, les œuvres d’artistes invités.

Si le cahier des charges est contraignant, selon Nadine Lartigau, imposant, par exemple, des œuvres qui peuvent résister aux intempéries et dissuader les vols, il permet d’offrir à la ville une exposition sur-mesure, qui se fond dans le paysage, tout en le sublimant.

Dans des lieux clés

Les œuvres de Vanorbeek, placées avec attention dans plusieurs lieux clés de la ville, offrent au regard traversant du public de nouvelles perpectives sur le lac ou sur le pont. L’acier et la rouille se conjuguant avec harmonie au vert de la végétation et aux nuances de bleu de l’océan et du lac.L’exposition permet de découvrir un artiste qui a toujours cherché son inspiration dans la nature. Très attiré par le monde animal, notamment les insectes, au début de sa carrière, David Vanorbeek a trouvé un nouvel élan dans sa démarche artistique en travaillant sur des pièces plus abstraites, qu’il propose aujourd’hui à Hossegor. « J’ai doucement glissé vers l’abstrait, mais je garde toujours ce contact avec la nature, à travers des métaux recyclés ou que l’on me donne. J’aime ce dialogue avec l’environnement, où mes œuvres permettent de redécouvrir la nature et où la nature met en valeur mes œuvres », explique Vanorbeek.

Des œuvres à méditer

L’autre facette du travail de Vanorbeek reflète incontestablement sa personnalité libre et rebelle, comme le souligne Nadine Lartigau. Vegan et défenseur du règne animal, ses œuvres traduisent aussi ses engagements. Il aime jouer avec l’air du temps. Avec son « Megalo X », sur la place des Landais, il invite à poser devant cette croix imposante comme un point de ralliement. Il renvoie, aussi, à des questions plus existentielles, avec ses cercles et ses écrous incomplets ou cassés, pour rappeler que notre société est loin d’être parfaite et que notre style de vie actuel change, peut-être, comme il le suggère, notre vraie nature.

« J’ai intitulé l’une de mes sculptures, placée près du cinéma, “Vive l’évolution !”. C’est une exclamation assez cynique, car parfois j’ai l’impression que l’on n’a pas forcément beaucoup évolué depuis les premiers travaux de Darwin. L’humanité va-t-elle vraiment dans le bon sens ? Je n’en suis pas convaincu », déclare David Vanorbeek.Des questions aussi bien d’actualité et de société, que l’on pourra méditer en plein air, en admirant ses œuvres dans les écrins que symbolisent les différents lieux de la commune, jusqu’à début janvier.

Publié le 06/12/2017 par Archibald Jaeckin (Sud Ouest.fr)

Hossegor Expositions

Art en dialogue avec l'environnement

♥  A  R  T  ♥

"I am a professional artist, every six seconds
I think of my sculptures"

 

 

"Je suis un artiste professionnel, toutes les six secondes je pense de mes sculptures. "

 


"Ik ben een professioneel kunstenaar, ieder zes seconden denk ik aan mijn beelden."

 

 

 

 

 

David Vanorbeek Sites:

 

metallotextile.com

chateau-de-lagravade.com

            ♥  A  R  T  ♥